02
Nov
07

Passer la frontière – 1

Cathédrale de SzegedNous sommes à Szeged, charmante petite ville au sud de la Hongrie à 10 km de la frontière roumaine. Notre objectif, ce jour là, est justement de passer en Roumanie. Rien de plus simple me direz-vous deux pays européens, tout proche d’entrée dans la communauté du même nom. La veille nous nous étions rendus à la gare de bus pour vérifier les horaires et il nous avait semblé comprendre qu’il y avait un bus pour Arad le lendemain à 10 heures. Prudent comme nous savons l’être, nous arrivons une bonne demi-heure à l’avance. Nous nous installons devant le quai ou le bus doit arriver et nous attendons. C’est là, à ce moment précis que la grande aventure commence.
Dans les rues de Szeged
Voir la carte de notre exploit

A 10h30, pas de bus, à 11h pas de bus, à 11h30 nous commençons à demander à droite et à gauche, mais personne ne parle anglais et notre hongrois est un charabia incompréhensible, même pour le plus patient des hongrois. Bref, vers 13h nous décidons de déjeuner sur une table de la gare routière. Puis, ne trouvant aucune aide, nous décidons de prendre pour un bus pour Békéscsaba qui se trouvent à quelques dizaines de kilomètres et qui possède une ligne de train directe pour la Roumanie. Dans le bus nous rencontrons le sympathique et anglophone Zoltan qui une fois arrivé dans la ville nous servira de traducteur mais n’arrivera pas à nous faire sortir de Hongrie, le prochain train pour la Roumanie n’étant que le lendemain vers 8 heures du matin. Après avoir bu une bière avec lui, il nous met dans un bus vers Gyula qui possède une autre ligne de train pour franchir la frontière et avec un train le soir même d’après le guichet de la gare de Békéscsaba.
Frugal repas au terminal de bus de Szeged
Nous voilà donc dans le bus vers Gyula qui se trouve à moins de 5 km de la frontière. Arrivé dans la ville nous la traversons de part en part pour atteindre la gare et effectivement il y a un train pour la Roumanie avant celui de Békéscsaba, mais à notre grand désespoir il est le lendemain matin à 5h30. Bien sur pas de consigne pour laisser nos sacs, nous voilà donc reparti vers le centre de Guyla, sac sur le dos, afin de profiter de la folie du samedi soir. Bon de folie, il n’y a pas eu. En effet après avoir manger dans le seul restaurant ouvert, une pizzeria, nous nous sommes installés dans un bar où nous discutions en buvant des bières et en jouant au échec avec les locaux. Victoires écrasantes des extérieurs face à des locaux proche de rouler sous la table. Malheureusement cette belle soirée se termine à minuit avec la fermeture du bar, le dernier ouvert. La folie du samedi soir je vous dis, mais le dimanche à la première heure on ferme… Dul mourrant de froid juste avant l'ouverture de la gare de Gyula
Que faire, rien, si ce n’est de retourner à la gare. Là, nouvelle désillusion, la gare est fermée et nous nous installons sur un banc en plein vent sur les quais et nous jouons, dans une température avoisinant les -5C, aux cartes jusqu’à 3 heures du mat. C’est à cette heure que Claudio (le saint qui a réussit à me supporter pendant 2 ans de voyage) décide de se mettre à la couture. Puis entre en jeux un vieil hongrois parlant un allemand parfait avec lequel nous réussissons à parler pendant près d’une demi-heure. Incroyable capacité du froid et de l’envie de parler pour vous faire redécouvrir des mots que vous pensiez restés sur vos cahiers de lycéens. Une heure plus tard la gare ouvre, nous nous y précipitons. Une douce chaleur nous enveloppe, environ 5- 6 degrés. A 5h30 précise un phare transperce le brouillard. Dans un hurlement métallique le train s’arrête, nous y montons, nous nous y endormons. As-t’on vu un douanier Hongrois pour sortir du pays, je n’en ai aucun souvenir. Par contre, en arrivant à Solanta, poste frontière Roumain, c’est une douanière qui nous réveille. Elle nous ne sommes pas près de l’oublier…

Publicités

6 Responses to “Passer la frontière – 1”


  1. novembre 2, 2007 à 5:29

    A chaque jour suffit sa peine 🙂

  2. 3 Maxime
    novembre 2, 2007 à 8:52

    Les passages de frontières sont tjrs sujets à des situations ou aventures les plus rocambolesque, du douanier chilien en pleine montagne faisant la grimace en hûmant un vieux camembert bien français que je trainais (il me l’a rendu en ne rien voulant savoir)… au blocus de routiers russes à la frontière germano-polonaise en allant à Poznàn (genre sourire requin… »toi tu passesseras pas…)…

  3. novembre 2, 2007 à 9:06

    Tu veux participer Maxime ?
    Si oui je te rajoute au rédacteur, il suffit de demander:).
    Oui mes pires histoires de douanier reste quand même JFK à New York et mon entrée et ma sortie d’Israël.
    Ah je ne suis pas près d’oublier ce douanier israélien qui d’un air penaud et après m’avoir fait subir mon 4ème en 4 heures :
    – J’espère que vous ne garderez pas un trop mauvais souvenir de vos premier pas en Israël.
    J’ai vaguement sourit l’ai salué, mais j’avais une envie de le traité de gros con vous ne pouvez pas imaginer. Tiens je devrai vous raconter cette entrée et cette sortie ce fut épique.

  4. 5 Greg
    novembre 3, 2007 à 10:58

    4eme quoi en 4 heures !?? Doigt dans le C.. Je sais pas pourquoi, mais quand on me parle de probleme avec des douaniers, surtout occidentaux, je pense au touché rectal 😉 Pourtant, et que Dieu (s’il existe) m’en garde, ca ne m’est encore jamais arrivé, je vous le dirai, sûr 😉 Je dis douaniers occidentaux, car dans beaucoup de pays au monde tout peut s’arranger moyennant un petit billet, mais faut pas se planter de pays, sinon gard au 2eme effet kisscool !!
    J’ai eu aussi mon lot de galère avec ces putains de douaniers (j’ai vraiment du mal avec les uniformes!), mais le plus grand plaidoyé que j’ai du faire auprès d’eux s’est déroulé à la frontière entre le Guatemala et le Mexique. Le probleme étant que je ne pouvais pas sortir du pays, car je n’y étais jamais entré ! Je m’explique, là je parle comme le douanier ! et seul un autre douanier peut comprendre !! j’étais donc effectivement bien entré au Guatemala puisque physiquement je m’y trouvé, mais mon passeport lui, était resté au Belize ! Ou plutot était sorti du Belize mais jamais entré au Guatemala, j’étais donc, pour le douanier, toujours au poste de frontière entre le Belize et le Guatemala !!!! Vous me suivez !?? Pourtant le Belize était à plusieurs centaines de km vu que je revenais au Mexique par le sud du Guatemala, j’avais passé 15 jours dans le pays, et même fait une petite virée au Honduras, mais là, comme c’était tout près de la frontière pour aller voir un temple maya (copan) il n’y avait pas eu d’entrée officiele au Honduras, donc pas de retour officiel non plus (en clair pas de tampon sur mon passport, le douanier faisant une fixation sur ces details !!) Donc que faire !??? Après lui avoir vainement expliqué pendant une demi heure que ce n’était peut être pas entièrement de ma faute, qu’on peut entré au Guatemala comme dans un moulin, que dans ce cas personne ne demande rien, mais qu’ensuite on ne veut plus nous laisser sortir ! En fait j’avais traversé le Belize en bus en pleine nuit et je suis bien allé au bureau de douane de sorti du Mexique, d’entré au Belize, de sortie du Belize, mais mon état de fatigue m’a fait zapper le bureau d’entré au Guatemala. Faut dire que personne ne vous dit rien, que tout avait l’air fermé en pleine nuit. Le bus vous laisse avant la frontiere et vous récupère 200 metres apres, au Guatemala, et à nous de nous demerdé, de réveiller les douaniers pour se faire tamponner le passeport j’imagine, si l’on y pense…
    Donc, qu’est-ce qu’on fait !??? Moi je n’allais pas passer ma vie au Guatemala, même si c’est un pays magnifique, ce n’était pas prévu comme ça ! C’est quand même allucinant qu’on vous empèche de sortir d’un pays ! d’y entrer ok, mais d’en sortir !!!! Bref, ma copine de l’époque, qui faisait partie du voyage, commencait à ne plus du tout trouver ça drôle ! Mes « Ca va aller! » ne l’a rassuré plus du tout ! Donc, que faire ???
    Au fond de moi je savais très bien ce que voulait le douanier, mais comme je considère l’argumentation comme un jeu d’esprit(Chose que le test de personalité ma confirmé, guillaume et autres visiteurs de son blog comprendront ;)) Je me devais, face à l’absurdité de la situation, d’essayer d’argumenter, même face à un douanier ! Mais comme on apprend pas à un singe à faire la grimace, et comme le douanier avait bien compris que je n’allais pas retourner au poste de frontière guatémaltèque à la frontière du Belize, il avait gagné !!! Ok, combien ??? ou plutot, Cuanto ???? Toujours dans ces cas là ils essayent de vous dire qu’ils ne sont pas comme ça… bla bla bla…, mais qu’exeptionelement, pour cette fois seulement (comme si j’allais le refaire !) il acceptait l’argent dont j’avais définit le montant comme le prix du visa d’entré dans le pays, du tampon quoi !
    Bref j’en avais fini et c’est tout ce qui comptait, je ne me rappele pas combien l’histoire m’a couté, mais ce n’était pas grand chose. J’ai biensûr joué au routard étudiant fauché 😉
    Voilà pour une de mes expérience frontalière avec nos amis les douaniers…. A toi Dul de nous raconter ce qui fût épique à la frontière israelienne!

  5. novembre 21, 2007 à 7:24

    Ouf, Dul, Hongrie. Super, quoi. Moi, j’ai un petit projet d’y aller d’ici quatre ou cinq ans. Ce serait le temps d’épargner du blé. Je pense faire la région du Lac Balaton et capitale. Suggestions pour des villes à visiter?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Blog Stats

  • 58,289 hits
novembre 2007
L M M J V S D
    Déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Carnet de voyages - groupe Flickr

Amis voyageurs du monde

Vous venez d’où?


%d blogueurs aiment cette page :