08
Nov
07

Passer la frontière – 2

Lei roumainNous en étions donc au moment où la douanière roumaine nous réveille. Elle nous demande nos passeports ce que nous nous empressons de faire. Puis voyant nos sacs verts kaki, elle décide de les fouiller. Je fais ici une brève aparté pour expliquer comment deux antimilitaristes de base voyagent avec des sacs de troufions. La raison est bien simple, nous cherchions des sacs de grandes tailles et surtout les plus solide possible et les seuls sacs répondant à ces deux caractéristiques était un Karimor type armé et n’existait qu’en une couleur, le vert kaki. Donc pour la première fois nous découvrions l’effet que la couleur de nos sacs provoquaient systématiquement sur des douaniers.

Elle se met à fouiller le sac de Claudio, qu’elle lui fait intégralement vider, éventrant avec un plaisir évident les sacs plastiques protégeant les habits plutôt que de les ouvrir. Elle s’arrête prés de 5 minutes devant une carte photocopiée de Bratislava (un secret défense ?) avant de tomber littéralement en arrêt devant le rouleau un papier toilette (arme de destruction massive???), bref 15 minutes plus tard, elle en finit avec le sac de Claudio et s’attaque au mien, même rituel, sauf que les découvertes faites dans le sac de Claudio semblent la rendre encore plus méfiante. C’est ainsi qu’elle découvre sur mon sac 2 poches qu’elle avait ratées sur le sac de Claudio. Elle se précipite donc sur mon camarade, mais son mouvement est intercepté par un autre douanier qui nous demande de tout remballer et de descendre du train. nous rangeons nos sacs avec la lenteur que nous impose notre fatigue et notre envie de faire chier discrètement les douaniers et une bonne dizaine de minutes plus tard nous posons enfin les pieds sur le sol roumain.

Eglide d'oradeaNous suivons notre douanier quand un étrange hurluberlu nous propose de nous changer de l’argent au noir. Nous essayons de lui expliquer que ce n’est pas vraiment le moment et que s’il attend un peu que nous ayons nos tampons d’entrée en Roumanie, nous serions ravis de faire affaire avec lui. Bien sur notre connaissance du roumain étant aussi limité que son anglais et son français, il nous a abandonné fort déçu à la porte du bureau de la douane. Là, c’est le chef qui nous reçoit, fort aimablement et dans un excellent français. Après un brin de causette, il nous tamponne nos passeports, nous sortons, nous sommes officiellement en Roumanie ! Par contre notre changeur a lui disparu. Qu’importe nous entrons dans le hall de la gare, regardons l’heure des trains, il est 7h30, nous avons un train à 9h tout est pour le mieux dans le meilleurs des mondes. Par contre la caissière refuse de nous vendre les billets car nous n’avons que des couronnes hongroises, des euros et quelques dollars, mais aucun lei roumain. Bref nous devons trouver un moyens de changer quelques euros en lei afin de pouvoir prendre le train. Mais où donc est passé notre hurluberlu? Ne le trouvant pas, nous décidons de tenter notre chance dans Solanto. Solanta est une de ces villes que Ceaucecus a profondément modifiée. la ville est une succession de petit bloc en béton de 3-4 étages qui se suivent jusqu’à ce que la ville s’arrête et laisse place à la campagne. Bien sur pas une banque et pas un magasin ouvert sur tout ce trajet (nous sommes dimanche pour ceux qui suivent encore).

vin Vampire
Bref de retour à la gare nous retournons au bureau de la douane pour demander où nous pourrions changer de l’argent. La réponse est nulle part, mais à ce moment de l’autre côté de la rue nous voyons une buvette qui ouvre. Claudio propose d’aller demander là, mais le douanier nous retient et nous change 5 euros contre une véritable fortunes de quelques 172 000 lei. Ouf, il est 8 heures, il nous reste une heure pour acheter les billets. Nous nous dirigeons vers le guichet quand le chef de gare nous demande si nous allons à Oradea. A notre réponse positive il nous dit de courir et de sauter dans le train qui part à la seconde même ou nous y montons. En effet, nous avions oublié un petit détail, il y a une heure de décalage entre la Roumanie et la Hongrie, il n’est donc pas 8 heures comme nous le pensions, mais bien 9 heures!

C’est ainsi que nous fraudons pour notre premier voyage en Roumanie. Nous croisons un contrôleur à qui nous essayons d’expliquer le problème. Il réfléchi longuement sort un petit livre avec tous les prix et nous montre la somme gigantesque de 200 000 lei. Nous lui montrons notre fortune, il regarde alors notre argent, regarde nos tronches, regarde notre argent, regarde nos tronches, regarde notre argent, prend un billet de 50 000 lei et s’en va sans nous donner le moindre ticket en contrepartie, trop fatigués, trop estomaqués par les aventures qui se succèdent depuis la veille, nous restons sans la moindre réaction. Fort heureusement, nous ne verrons plus le bout du nez du moindre contrôleur avant l’arrivée à Oradea.
La rivière d'Oradea
Totalement épuisés, nous descendons du train posons nos sacs, en sortons une bouteille de lait et un pain acheté la veille en Hongrie et nous nous offrons un sublime petit déjeuner. À ce moment, passe notre contrôleur, celui des 50 000 lei, il nous montre d’un geste de la tête et raconte quelque chose aux deux collègues qui l’accompagne. Nous ne serons jamais ce qu’il a dit, mais une chose est certaine cela à provoquer un éclat de rire général dans le groupe…

Qu’importe, nous étions en Roumanie et nos aventures dans ce pays nous ont appris que ce que nous avions vécu ces dernières heures étaient dans l’ordre de la normalité dans le plus dépaysant des pays européens. Pays oú l’on trouve un restaurant dans la maison de naisance de Vlad tepesh dracul dit dracula, pays où l’on croise des femmes entrant dans un cimetière avec un râteau dont la manche est taillé en pieu, pays dont les trains s’arrêtent au milieu de nulle part, pays où l’on trouve un vin, blanc ou rouge qui se nomme vampire.

Publicités

6 Responses to “Passer la frontière – 2”


  1. novembre 8, 2007 à 1:53

    j’ai pu avoir la fin de l’histoire que tu avais commencé à me raconter dimanche dernier 😉

    les pieux taillés, c’est pour au cas où apparaissent des vampires??

  2. novembre 8, 2007 à 1:56

    Oui c’est bien ça qui est inquiétant surtout quand tu les vois creuser une tombe 5 minutes plus tard

  3. 3 Greg
    novembre 8, 2007 à 9:34

    Ah la transylvanie… Et ils n’ont pas aussi des colliers de gousses d’ail !??
    Au fait, tu dis pas, mais coté paysage c’est depaysant aussi !??

  4. novembre 8, 2007 à 1:12

    les forêts les plus denses que j’ai jamais vu, une sublime monté entouré de être puis autour de 1000 m tout passe au pin. Les villes quand elles ont été épargnées sont magnifique aussi. Oui la Roumanie est très dépaysante :).

  5. novembre 8, 2007 à 3:41

    ohohoh … des vampires en Roumanie … encore un truc que j’irai bien voir.

  6. novembre 8, 2007 à 3:56

    C’est un beau pays et bien plus intéressant que les vampires, même si les roumains profitent à fond ce commerce:). Bon si tu as à Bran, n’oublie pas que dracula n’y a jamais les pied:) à côté de Bran vers Brasov il y a un magnifique château médiéval bien plus intéressant que Bran, Rasnov.
    Les montagnes sont sublimes, de petite ville comme sigisoara ou sinai sont magnifiques, en fait en dehors de Bucarest, le reste est magnifique 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Blog Stats

  • 58,120 hits
novembre 2007
L M M J V S D
    Déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Carnet de voyages - groupe Flickr

Seul sur une plage , observer la mer....

P6210011

WOMAN. Rennes

AU MARCHÉ DE BADAMI

Sunset Art<:::::::::::::

PORTRAIT D'UN VIEIL HOMME DANS LA RUE À BADAMI

PORTRAIT DE FEMME DE BADAMI

fishing the moon - pescando a lua



le chemin qui mène à ton coeur.// The path that leads to your heart.

Plus de photos

Amis voyageurs du monde

Vous venez d’où?


%d blogueurs aiment cette page :