23
Nov
07

Reposez en paix trains des Mineurs (Uyuni – Bolivie)

la carte

Salar d'Uyuni et Parc Eduardo AvaroeSalar d'Uyuni et Parc Eduardo AvaroeSalar d'Uyuni et Parc Eduardo Avaroe

Quand vous arrivez à Uyuni et si vous n’êtes pas Boliviens vous venez pour découvrir le salar du même nom qui s’étend sur plus de 100 km au nord-ouest de la ville et le parc Eduardo Avaroa, plus au sud. Ces deux lieux sont tellement surprenant, incroyable, déroutant, unique, sublime, que le détour par Uyuni semble une évidence pour tout ceux et toutes celles qui découvrent la Bolivie. La blancheur infinie du salar sur laquelle flotte les montagnes à l’horizon, qui transforme de vulgaires tas de sel en diamants auxquels un dieu saugrenu aurait donné le don de lévitation ou encore qui se fait miroir parfait sur lequel humains et volcans se prennent pour Narcisse. Une ile de corail à plus de 4000m, La maison de l’Inca, dite ile des pêcheurs , au centre de cet océan blanc et sans vie, sur laquelle poussent des cactus géants et entre lesquels jouent les colibris. Les lagunes qui s’amusent à changer de couleurs suivant l’orientation du vent et qui par comble de coquetterie s’offrent quelques flamands roses, mouettes et autres oiseaux comme ornement. Salar d'Uyuni et Parc Eduardo AvaroeSalar d'Uyuni et Parc Eduardo AvaroeDes Geysers dont la gueule ressemble à une fleur. Des volcans au noms puissant qui nous regardent du haut de leur 6000m, fumant parfois les entrailles de la terre. La terre elle-même qui se prend pour un arc en ciel. De cette magie le scientifique retiendra, bore, sel, argent , antimoine, plomb, argent, or, cuivre et je sais quoi encore. Vous vous retiendrez cette sensation unique d’être dans un autre univers à la beauté féroce et envoutante.

Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni

Cimetière de trains d'UyuniTout près de la ville, à quelques centaines de mètres, se trouve un autre endroit étonnant, mais qui, cette fois, a été façonné par les hommes. En suivant les voies, vous arrivez à un embranchement, d’un côté la voie qui dessert Calama au Chili et Villazon en Bolivie et de l’autre une vieille voie dont il manque les rails et qui s’ouvre sur un vieux wagon abandonné , rempli de terre et de déchet métallique :

Le gardien du cimetière de train d’Uyuni.

Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni

Comme dans une grande partie de la Cordillère des Andes, la région d’Uyuni regorge de métaux divers et variés, argent, cuivre, mais aussi le bore ou le sel. Au cours du XIXème siècle les mines se sont industrialisées, le train est arrivé, s’est étendu, a relié la côte Pacifique au niveau d’Antafagasta, alors port bolivien. Les guerres, l’épuisement des filons, la modernisation et l’arrivée des camions ont tué petit à petit les mines et bien sur le réseau ferré. Ne sachant que faire de ces vieilles locomotives, wagons de passagers ou wagons de marchandise, les boliviens les ont abandonnés en plein désert à la sortie d’une voie abandonnée. À l’origine l’idée était de récupérer le métal qui rouillait à quelques encablures de la ville, puis, voyant l’intérêt que les touristes lui portaient, il s’est transformé en une espèce de musée ferroviaire minier. C’est ainsi qu’est né le cimetière de train.

Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni

Avant d’entrer dans cet étrange univers, faites une pause, tourner sur vous même, regardez, les montagnes qui émergent sur l’horizon, le ciel aux couleurs changeantes, Uyuni dont vous apercevez un clocher et quelques maisons basses, la ligne de train qui sort de la ville et s’enfonce dans le désert. Respirer cet air rare et d’une pureté enivrante, fermez les yeux un instant, écoutez le vent et les bruits ténus venant de la ville.

Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni

Voilà, vous êtes près, vous pouvez entrer, suivez la voie, touchez les vieilles carlingues, écoutez leurs histoires, observez leur date, leur lieu de naissance, une grande majorité ont traversé l’océan venant d’Angleterre. Au milieu des amas de métal, des tas de vis qui autrefois liaient le rail à ses traverses, quelques plantes rachitiques, piquantes aux fleurs jaunes vous observent. Passez les carcasses des wagons de voyageur, découvrez c’est incroyable wagon rouge vif à l’avant défoncé. Un peu plus loin se trouve les wagons citernes toujours orgueilleusement marqués du signe YPFB (la compagnie pétrolière bolivienne).
Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni
Faufillez-vous entre les essieux qui ont perdu leur fonction et sont orphelins de leur wagon. remontez lentement jusqu’à arriver devant l’alignement de dizaines de vieilles locomotives à vapeur. Les touristes, les Boliviens y ont laissé leurs marques, un enfant a dessiné la voiture de ses parents, un autre sa maman, une autre personne se prend pour Einstein, une autre cherche un mécanicien, Urgent. Puis tout au bout, le voie continue seule, une locomotive s’est mise en tête du cimetière, gardienne de la sortie. Quand vous arrivez à ses côté, le désert s’ouvre infini, bordé de montagne et d’horizon.

Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni

Cimetière de trains d'UyuniGrimpez sur une des locomotives, attendez que le soleil se couche, buvez une petite bière, une Potosina par exemple, en admirant ce paysage. Les montagnes se font plus net, l’air semble en plus pur, le rouge, l’orange, le violet, le bleu nuit ce mélange au bleu du ciel, brun du sol et au rouge de la rouille. Voilà les premières étoiles apparaissent, la croix du sud vous salut et vous annonce qu’il est temps de rentrer. Marchez le long de la voix, derrière vous les derniers feux du soleil s’éteignent, la voie ferré vous porte jusqu’à la gare, le froid vous attrape, les lumières de la ville vous entourent, vous rassurent, vous font oublier. choisissez un bar sympa, un resto tranquille revenez au monde des vivants, du bruit, des hommes.
Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni Cimetière de trains d'Uyuni

Toutes les photos du cimetière de trains d’Uyuni

Publicités

10 Responses to “Reposez en paix trains des Mineurs (Uyuni – Bolivie)”


  1. novembre 23, 2007 à 9:03

    C’est vrai que les photos sont magnifiques ! Moi ça me donne envie de faire un tour dans du côté des andes boliviennes 🙂
    Tu es resté plusieurs jours ou le temps changait très vite ce jour là ?? Parce que les nuages rendent certaines photos vraiment surprenantes…

  2. novembre 23, 2007 à 12:05

    Il y a 3 séries deux prises à deux jours d’interval et la dernières un ans plus tard. La première fois c’était hors saison des pluies la seconde fois en plein milieu.

    Merci pour les photos 🙂

  3. novembre 23, 2007 à 1:41

    Vraiment de putíssima madre, wey! Les photos sont super. Je suis complètement d’accord avec Greg et Guillaume. Et le texte est très poétique, je vous félicite, Dul. Comme Greg, votre texte m’a donné envie d’y aller pour un petit séjour. Pourvu ça ne tarde pas.

  4. novembre 23, 2007 à 2:13

    ça sert à rien de répéter. alors je me tais.

  5. novembre 23, 2007 à 2:23

    C’est souvent ce qu’il ya de mieux à faire face à ce genre de spectacle:)

    On s’organise un ti voyage tous à Uyuni et alentour?

    2 semaines à tourner dasn cette région en essayant d’être sur les lieux les plus fantastique quand les autres touristes ne sont pas encore là

    En essayant de dormir chez l’habitant, en ayant un guide digne de ce nom, un truc de fous quoi 🙂

  6. novembre 23, 2007 à 4:24

    Je suis partant 😉 je suis toujours partant d’ailleurs !

  7. novembre 23, 2007 à 7:00

    Je serais partant si j’avais de l’argent. Malheureusement je n’en ai pas. Le peu que j’en ai je vais dépenser pour mon voyage à Santiago, Mendoza et Córdoba, que je ferai avant de repartir au Brésil. Mais ce serait super en autre occasion…

  8. novembre 23, 2007 à 10:17

    ce serait un parfait point de rencontre….

  9. novembre 24, 2007 à 12:08

    Ouais j’pense bien 🙂
    Ahaha ca serait trop fou ça 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Blog Stats

  • 58,120 hits
novembre 2007
L M M J V S D
    Déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Carnet de voyages - groupe Flickr

Seul sur une plage , observer la mer....

P6210011

WOMAN. Rennes

AU MARCHÉ DE BADAMI

Sunset Art<:::::::::::::

PORTRAIT D'UN VIEIL HOMME DANS LA RUE À BADAMI

PORTRAIT DE FEMME DE BADAMI

fishing the moon - pescando a lua



le chemin qui mène à ton coeur.// The path that leads to your heart.

Plus de photos

Amis voyageurs du monde

Vous venez d’où?


%d blogueurs aiment cette page :